Ite missa est

Foire aux questions sur l'enseignement Catholique. La Sainte Trinité - L'âme et l'immortalité - Le péché - La Grâce - La communion des saints - Marie - Baptême des enfants - La confirmation - mariage - La sainte Eucharistie - Les sacrements - Le purgatoire - L'enfer - Statues.
Règles du forum
Dans le catholicisme, la liturgie est l'ensemble des rites et des cérémonies mis en œuvre au cours d'une célébration religieuse officielle, rendu par le peuple à YHWH, Dieu unique, Dieu trinitaire, Père, Fils et Esprit-Saint.
Répondre
Marmhonie

Avatar du membre

Messages : 30
Enregistré le : 29 déc. 2017 12:01
Ma croyance : [croyant]

Ite missa est

Ecrit le 30 déc. 2017 20:29

Message par Marmhonie

Le vin est béni chez les chrétiens.

Image

Si un chrétien est interdit de boire du précieux sang du Christ, c'est une dérive du judaïsme talmudique, donc soit l'hérésie mahométane de combat (Islam), soit des branches des Adventistes, soit du mormonisme.

Le vin rouge soigne
La France est la capitale mondiale du vin rouge, terre catholique et fille aînée de l'Église.
Le vin de messe est sans degré d'alcool.

Ajouté 5 minutes 53 secondes après :
Image

Les saints et la messe


LES PRINCES CHRÉTIENS
Saint Padre PioSainte Hedwige, duchesse de Pologne, entendait chaque jour toutes les Messes qui se célébraient dans sa chapelle.

Saint Louis, roi, assistait tous les jours à deux voire à trois Messes ; lorsque ses courtisans lui firent observer que les affaires de l’État pourraient souffrir de cette coutume qu’il avait prise, il répondit : «Je m’étonne de ce que mes gens de cour murmurent parce que j’assiste à plusieurs Messes, alors que personne d’entre eux ne se plaindrait si j’employais le double de ce temps à jouer aux dés ou à chasser. »

Henri III, roi d’Angleterre, entendait également trois Messes chaque jour ; quelqu’un lui ayant fait la remarque qu’il valait mieux entendre des sermons que des Messes, il répliqua : « J’aime mieux voir mon ami lui-même qu’entendre parler de lui. »


LE PADRE PIO ET LA MESSE
Image
A cause de son expérience personnelle et de sa conviction de la grande valeur impétratoire du saint sacrifice de la Messe, Padre Pio aimait conseiller à ses fils spirituels leur offrande quotidienne en union avec la divine victime sur l’autel.

Prier Dieu avec Jésus, offrir au Père nos besoins spirituels alors qu’Il s’offre Lui-même, est une sûre garantie que les prières sont agréées et exaucées, quand et comme Il lui plaira, pour sa gloire et notre bien. Il écrivit : « Tu me demandes si c’est chose bonne d’appliquer aux vivants le saint sacrifice de la Messe. Je réponds que c’est chose très utile et très sainte d’appliquer pour soi le saint sacrifice de la Messe, pendant qu’on est encore pèlerin sur cette terre, cela nous aidera à vivre saintement, à éteindre les dettes contractées envers la justice divine, et à nous rendre toujours plus bienveillant le très doux Seigneur. »

« AVEZ-VOUS DIT LA MESSE ? »
Image
- Avez-vous dit la messe ? demanda un jour saint Vincent de Paul à ses prêtres rassemblés. Tous répondirent : oui.
- Alors, reprit le saint, je puis vous apprendre ce dont il s’agit. Il faut quitter patrie, famille, amis, et vous exiler sur une plage inhospitalière, y parler de Dieu à des sauvages, et sans doute y mourir misérablement.


Tous lui demandèrent avec larmes d’être envoyés en cette mission. Saint Vincent n’eut que l’embarras du choix.


TÉMOIGNAGE SUR LA MESSE DU CURÉ D’ARS
Jean-Marie Baptiste Vianney, dit le Curé d'Ars ou le saint Curé d'Ars, né le 8 mai 1786 à Dardilly (près de Lyon), et mort le 4 août 1859 à Ars-sur-Formans (Ain).
Image
Une fois prêtre, quel bonheur n’éprouvait-il pas à dire la Messe ! Après la consécration, on voyait sa figure comme rayonnante de contentement et de bonheur, et surtout avant la communion, où il tenait la sainte hostie entre ses mains, il faisait une petite pause en regardant la sainte hostie avec un sourire si doux qu’on aurait pu dire qu’il voyait Notre-Seigneur des yeux du corps.

Pendant la sainte Messe, on voyait sa figure reproduire tour à tour l’amour, la joie, l’effroi et la douleur avec une mobilité extraordinaire.

LES FRUITS DE LA SAINTE MESSE
Image
Saint Pierre Damien, ayant perdu en bas âge son père et sa mère, tomba entre les mains d’un de ses frères qui le traita de la manière la plus inhumaine. Il arriva un jour à l’enfant de trouver sur son chemin une pièce d’argent. A quoi donc l’emploiera-t-il ! Il n’avait pu retrouver celui à qui elle appartenait ! La pénurie où il se trouvait lui suggérait beaucoup de projets ; mais, après qu’il eût bien réfléchi, il se décida à la porter à un prêtre afin qu’il offrît le sacrifice de la Messe pour les âmes du purgatoire.

A partir de ce moment tout changea. Il fut recueilli par un autre de ses frères qui eut pour lui toute la tendresse d’un père ; il l’habilla décemment, le fit étudier, en sorte que, par la suite, Pierre devint prêtre, puis cardinal, l’un des plus fermes soutiens de l’Église et un grand saint.

Ajouté 1 minute 41 secondes après :
Image

La Messe Romaine depuis Jésus-Christ

Image

Dite messe tridentine ou de toujours
On appelle ainsi le rite de la Messe Romaine élaboré aux premiers siècles de l’ère chrétienne. Pratiquement fixé au VIIIe siècle, il est parvenu jusqu’à nous en ne subissant, au cours des siècles, que de très légères modifications.

Image
Le mot traditionnel vient du latin tradere, signifiant transmettre. Cette notion de tradition, de transmission, implique deux choses : tout d’abord, la permanence d’une identité substantielle du rite au travers des siècles et, d’autre part, une très lente évolution organique, signe de la vitalité d’une chose transmise.

Image
C’est exactement la même chose pour un être humain : il demeure lui-même au cours de sa vie, tout en se développant par une lente mutation. Deux écueils sont ainsi évités : un changement trop rapide ou trop catégorique, mettant en péril l’identité substantielle, et un immobilisme absolu qui serait la négation de la vitalité.photo messe tridentine

C’est ce rite romain antique de la Messe
Parvenu jusqu’à nous dans sa vivante fidélité, que l’on nomme assez communément Messe Traditionnelle.On peut dire que le rite romain antique est dit traditionnel de façon tout à fait privilégiée, et ceci pour les diverses raisons suivantes :

– Parce qu’elle a été reçue par tradition ;
– Parce qu’il est un témoin particulièrement fidèle de la tradition liturgique de l’Eglise romaine authentifiée par le magistère de chaque époque ;
– Parce qu’il est un témoin privilégié des monuments liturgiques de l’Eglise romaine, mère de toutes les Eglises et spécialement de celle de rite latin (sans dévaluer les autres familles liturgiques, spécialement celles d’Orient).

La liturgie traditionnelle est le fruit d’un long développement homogène, continu, ininterrompu depuis des siècles. C’est toujours avec une extrême prudence que les Pontifes y ont apporté des modifications car elle est, par-delà des siècles, notre lien avec le Christ et les Apôtres, avec les premiers chrétiens, avec les premiers martyrs. Elle est restée pour l’essentiel identique depuis des siècles, exprimant, aujourd’hui comme hier, la foi du Christ et des Apôtres.

Messe de toujours
Image
Elle oriente les âmes vers Dieu et témoigne de notre adoration envers sa présence réelle :

– Par l’adoration du prêtre et de l’autel ;
– Par les gestes d’adoration ;
– Par le mystère et le silence sacré qui entourent la consécration ;
– Par le rite de la communion ;
– Par l’usage de la langue sacrée ;
– Par des signes de respect envers l’hostie ;

Elle affirme le caractère sacrificiel de la Messe
– Par des prières de l’offertoire qui montrent le caractère propitiatoire de l’offrande qui est faite; c’est Jésus Christ immolé pour nos fautes, afin que la rédemption s’accomplisse ;
– Par les prières du Canon ;

Elle est l’œuvre du Christ à travers son ministre
Le Prêtre seul peut offrir ce sacrifice :

– Par la distinction nette entre l’action prépondérante du Prêtre et celle des fidèles, les vêtements, les prières prononcées, la place à l’autel en témoignent ;
– Par les paroles de la consécration qui ne sont pas un récit, mais une action.

Ajouté 11 heures 17 minutes 17 secondes après :
Image

Jésus n'a jamais demandé de commémorer sa mort, ce qui serait un échec, mais la Nouvelle Alliance avec le Père, jusqu'à Son retour. Autrement dit, de commémorer le plus possible sa mort jusqu'à son retour, ce qui n'est pas du tout pareil.

C'est ce qu'on appelle depuis 2000 ans l'Ordinaire de la Messe.

1 Corinthiens 11:23 à 26
"Voici ce que j'ai reçu du Seigneur
et que je vous ai enseigné :

La nuit même pù il fut livré,
le Seigneur Jésus prit du pain,
et après avoir rendu grâces
le rompit en disant :
"Prenez et mangez, ceci est mon corps
qui est donné pour vous."

De même après le repas, il prit la coupe et dit :
"Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ;
Chaque fois que vous boirez
Faites-le en mémoire de moi."

Ainsi toutes les fois
que vous mangez ce pain
et buvez cette coupe,
vous annoncez la mort du Seigneur
jusqu'à son retour.

Image

Nous disons trois messes par jour, tous les jours. La messe canonisée évidemment, la Tridentine. Pas la messe protestante Paul VI invalide.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité